Jamais l’humanité n’aura connu pareil fléau que la peste qui ravagea l’Europe en 1348 : en 3 ans elle va tuer près de la moitié de la population soit 35 à 40 millions de personnes. Au milieu du XIVème siècle, aux premiers temps de la guerre de cent ans, contrairement à ce que l’on a dit l’Europe n’est pas dans l’obscurantisme : les historiens s’accordent à voir l’Europe de l’époque comme un îlot de stabilité : les peuples vivent dans leurs royaumes féodaux. Les fonctionnaires, les artisans, les marchands, les intellectuels, se déplacent beaucoup de pays en pays. Mais depuis la fin du XIII° siècle, l’Europe connaît une série de disettes.

Diapositive En 3 ans cette peste noire va ébranler nous le verrons toute la société médiévale : jamais le jour du jugement dernier n’aura paru aussi proche aux populations.

Nous allons essayer de vous faire revivre ce drame en nous immergeant dans cette lointaine époque : je me suis appuyé sur de nombreux récits et chroniqueurs qui ont vécu cette terrible épidémie. La peste a frappé les esprits : elle influencera les arts des siècles suivants.

Depuis Boccace et Pétrarque la peste a inspiré effectivement une abondante littérature : citons entres autres au XVIIème siècle, Defoe, Machiavel, Montaigne …

Au XVIII et XIXème siècle : Rousseau, Flaubert, De Nerval….

Au XXème siècle : Camus, Malaparte, Clavel, Yoursenar ….

De nombreuses enluminures et gravures évoquent la peste entre le XIV et le XVIIème siècle.

On trouve de nombreuses fresques dans les églises et chapelles italiennes, mais également en France, évoquant le sujet de la peste et les saints protecteurs contre cette maladie.

J’ai retrouvé plus d’une centaine de tableaux illustrant le fléau de la peste, répartis dans de nombreux musées du monde.

A cause de cette catastrophe on assistera aussi à l’apparition d’un art macabre du XVème au XVIIème siècle : représentations de malades ou de la mort, car la peste a intensifié l’obsession de la mort ;

Ou comme Brueghel l’ancien l’a illustré des représentations de cadavres, de squelettes ricanant.

I Mais comment la peste est-elle donc arrivée en Europe en 1348 ?

En 1347 le comptoir commercial de Caffa situé sur les bords de la Mer Noire, occupé par des marchands génois qui achetaient des épices, des étoffes, des soieries en provenance d’Asie se trouva assiégé par les forces de Yaniberg Khan de la horde d’or. Or cette armée est elle-même décimée par la peste. Se rendant compte de sa contagiosité, les assiégeants se mettent à catapulter de nombreux corps infectés par-dessus les remparts de Caffa. Il s’agit du premier cas connu dans l’histoire d’une guerre bactériologique

Les génois essayent bien de jeter ces morts à la mer mais ils succombent à la contagion. Les survivants s’enfuient alors à bord de 12 galères mais beaucoup vont mourir avant d’arriver à Messine, port de Sicile en janvier 1348 :

A leur tour les habitants de Messine sont décimés par la maladie en moins d’une semaine.

Pressentant la catastrophe, le moine Mikele Da Piazza écrit : « Sur 1000 marins seuls 10 sont rentrés au pays. Ces derniers ont propagé le poison à travers leurs lèvres en parlant. Les cadavres pourrissent dans les maisons et personne n’ose les toucher ».

Rapidement tout le sud de l’Italie connaît le même sort : c’est alors qu’on donne le nom de peste (du latin pestis qui veut dire fléau), à cette maladie.

Les gens ignoraient complètement ce qui leur arrivait. Ils étaient persuadés qu’il s’agissait d’une punition divine car dans la société médiévale Dieu est omniprésent.

Nous allons étudier ensemble successivement :

1°) Un aperçu d’ensemble de l’histoire de la peste et de ses origines

2°) Sa propagation en Europe de 1348 à 1350

3°) Les moyens de lutte et de prévention utilisés à l’époque

4°) L’immense retentissement psychologique et les conséquences sociales de cette épidémie.