Intéressé depuis longtemps par l’histoire des conceptions de l’homme sur l’univers depuis ses origines j’ai étudié bien évidemment celle de Giordano Bruno et de Galilée, tous deux victimes de l’inquisition. Or ces deux hommes, contemporains ont bien connu Tommaso Campanella dont l’histoire m’a tellement fasciné que je voudrais vous la faire partager.

Diapositive Prêtre dominicain, philosophe de renom international, astrologue ce fut un personnage hors du commun qui a suscité les jugements contradictoires : Personnage de roman, jugé par l’inquisition pour hérésie, soumis à plusieurs reprises à la torture, condamné à mort il simula la folie pour échapper à la peine capitale mais passera plus de 30 années emprisonné.

Or il fut le seul en son temps du fond de sa prison à avoir le courage d’écrire une apologie de Galilée après le procès de ce dernier en 1616. Incarcéré, il trouva le moyen de produire une somme d’écrits considérables grâce à l’indulgence de ses gardiens sur lesquels nous reviendrons : le plus connu est « la cité du Soleil » traduit en français, récemment réédité chez Fayard. Je vais donc essayer de vous replonger dans cette époque.